Friday, January 3, 2014

L'obsession de Neil Young

Je viens de terminer l'excellente autobiographie de Neil Young. à l'image de la discographie du bonhomme, c'est riche et plein d'idées tout le temps, pas forcément très organisées. On y passe des années 60 à nos jours sans aucune transition, des voitures aux trains miniatures en passant par le combat pour une meilleure qualité de fichiers numériques. En chemin, les références précises au matériel sont rares mais il y parle quand même de ses Gretsch, de sa Les Paul (Old Black) et du matos de studio. J'ai particulièrement aimé le passage où il parle de son fameux Fender Deluxe que j'évoquais déjà dans ma chronique du concert avec Crazy Horse (ICI). Je vous le traduis ici :
"Le Fender Deluxe Tweed des années 50 auquel je fais allusion est mon ampli original, acheté chez Sol Betnum Music sur Larchmont Boulevard à LA dans les années 60. Ce endroit était toujours plein à craquer de vieux Fender, je crois qu'il n'existe plus. J'avais cet ampli dans ma petite cabane de Laurel Canyon à l'époque où j'étais dans le Springfield. Il avait un bon son. Il pompait d'une très belle manière quand on le règlait sur douze ! Oui ! Il va jusqu'à douze ! (Va chier Spinal Tap !) Sur dix il est distordu et épais sans pomper, sur six il est vicieux et tranchant. Sur trois il est tout simplement affreux mais d'une bonne façon. Le whizzer est un outil que nous avons fabriqué qui tourne les boutons manuellement de manière à ce que la qualité du signal ne soit pas compromise. Tout potard ou contrôleur de volume dans la chaîne nique le signal. Le whizzer n'est pas dans la chaîne. En revanche, il contrôle manuellement en tournant le potard de master volume grâce à un moteur."
Si ça n'est pas une belle déclaration d'amour ça... Et en plus c'est une excellente description de l'évolution sonore d'un Deluxe Tweed à différentes positions de sa course de volume ! Selon les rééditions, ce constat peut bien sûr varier : le Bonefish que j'ai utilisé pour mon EP par exemple ne pompe pas quand il est sur 12, il crunche juste plus fort, contrairement à la même réédition chez Victoria Amps qui elle pompe bien ! Comme quoi ça tient à peu de choses...

8 comments:

  1. Je fais ma quiche candide mais ça veut dire quoi pomper????????????

    ReplyDelete
    Replies
    1. Comme disait Sacha Guitry (probablement), "il n'y a qu'en faisait la quiche candide qu'on apprend vraiment les choses".
      Pour répondre à ta question, pomper dans ce contexte désigne la compression des lampes qui galèrent pour suivre la dynamique de la guitare. Du coup l'attaque est effacée et la note "fleurit" dans sa durée après une attaque initiale gommée, comme avec un compresseur réglé de manière drastique. D'où l'idée de "pompage" donc ! C'est clair ?

      Delete
  2. Merci, cette histoire de pompe me fait frétiller le lardon ( je file la métahpore de la quiche jusqu'au bout)

    ReplyDelete
  3. Salut,
    Où en est la finalisation de ton EP ?
    Je l'attend toujours par la poste:p

    Merci

    ReplyDelete
    Replies
    1. Hello cher anonyme ! La sortie est prévue pour le 3 mars :)

      Delete
  4. du coup j'ai écouté arc:weld en me disant là ca pompe! et là ca pompe?

    ReplyDelete
    Replies
    1. Celui là pour le coup ça pompe tout le temps !

      Delete